Un ancien conseiller de Singapour soupçonné d’avoir filmé un adolescent nu déféré aux procureurs japonais

La police de Tokyo a envoyé aux procureurs des documents au sujet d’un ancien conseiller de l'ambassade de Singapour au Japon qui aurait secrètement filmé un adolescent nu dans un bain public de la capitale.

La police métropolitaine de Tokyo a renvoyé Sim Siong Chye devant les procureurs jeudi, soupçonné d'avoir enfreint les lois interdisant la pédopornographie entre autres lois.

Selon la police, l'homme de 55 ans aurait pris la vidéo d'un garçon et d'autres personnes avec un smartphone dans le vestiaire d'un bain public en février. L’homme travaillait à l’époque à l’ambassade.

La police s'est précipitée sur les lieux après avoir reçu un appel d'un employé des bains publics. Lors de son interrogatoire, l'homme aurait admis avoir filmé la vidéo, mais aurait refusé d'accompagner volontairement les policiers au commissariat ou de présenter son smartphone, invoquant son immunité diplomatique contre l'arrestation.

Il est retourné à Singapour en avril.

La police de Tokyo a demandé à l'homme de se rendre au ministère japonais des Affaires étrangères en mai. Il aurait accepté la demande et serait venu au Japon ce mois-ci.

Les diplomates sont exemptés de poursuites dans leur pays d'accueil. La police avance que l'homme ne bénéficie plus de l'immunité diplomatique.

Lors d’un interrogatoire volontaire, l'ancien conseiller aurait avoué aux enquêteurs qu’il avait pris des vidéos à plusieurs reprises. Il a ajouté qu'il était revenu au Japon pour formuler ses regrets et s’exprimer en tant que citoyen ordinaire.

L'homme aurait également expliqué qu'il avait filmé la vidéo pour la regarder plus tard par lui-même et qu'il n'avait pas l'intention de s'en prendre aux enfants.

Les enquêteurs soulignent qu'il est inhabituel que des diplomates retournent dans leur pays d'accueil pour répondre à des interrogatoires de police sur des allégations de mauvaise conduite.